Suite à l’altercation suivie de violence du vendredi 26 Janvier 2018 entre le député Yah Touré et l’agent de police Kouamé Aya, les organisations de la société civile ivoirienne ont fait une déclaration mercredi 31 janvier, au cabinet du ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité en présence de la ministre Marietou Koné. Elles ont exprimé leur indignation face à cet incident.

Les femmes des organisations de la société civile ivoirienne tiennent à préciser que nul ne doit se faire justice. Elles exhortent donc tous les agents des services publics, les autorités et les élus de la nation chargés soit, de voter la loi ou de l’appliquer, de prendre toute la mesure de la responsabilité qui est la leur, dans un l’affirmation des institutions qu’ils représentent” a déclaré Marie Paule Kodjo porte parole des femmes des organisations de la société civile ivoirienne. Tout en condamnant avec fermeté l’attitude et le comportement de l’élu de la nation face à cette violence faite à la gente féminine. “Les parlementaires doivent eux-mêmes s’impliquer et s’engager fermement dans la prévention et la lutte contre les violences basées sur le genre, notamment, dans le cas d’espèce, dans les violences faites aux femmes et aux filles”.  

Pour sa part, la ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité, Marietou Koné a rassuré ses hôtes quant à l’issue de cette affaire afin que de tels actes ne se reproduisent plus. “Votre démarche avec la remise d’une pétition pour condamner l’acte de violence perpétré sont bien des choses qui s’inscrivent dans le cadre de la défense des droits de la femme et de la lutte contre les violences faites aux femmes. Mes chères sœurs, soyez rassurées que je serai votre fidèle messager pour transmettre à qui de droit cette pétition au nom de toutes les femmes de Côte d’Ivoire. Nous devons éviter de donner une nature politicienne à un acte qui n’honore personne, encore moins un représentant de la loi en ce XXIe siècle ” a-t-elle martelé. Mariatou Koné s’est engagée à saisir le chef du gouvernement Amadou Gon Coulibaly pour que la loi soit dite.

Indiquons également que notre consœur Olga Ottro journaliste photographe au quotidien « Le Nouveau Réveil », a été agressée et jetée au violon , le 29 janvier 2018 au palais de la justice d’Abidjan. Cette agression d’une journaliste dans l’exercice dans sa fonction a été dénoncée et condamnée par le Syndicat National des Professionnels de la Presse de Côte d’Ivoire.

Lanciné Kamara