Le 18è congrès de l’Association des Elèves et Etudiants Musulmans de Côte d’Ivoire a refermé ses portes lundi 02 janvier 2017 au lycée classique d’Abidjan. C’était l’occasion pour les ‘’aeemcistes’’ de procéder au toilettage de leurs textes, de formuler des propositions et surtout de renouveler les instances dirigeantes. Après 3 jours d’instances travaux en commission, les congressistes ont fait des propositions pour son bon fonctionnement. « Recommandons au nouvel Amir, de solliciter auprès de l’Etat de Côte d’Ivoire, l’obtention du statut d’organisation d’utilité publique pour l’AEEMCI ; sollicitons le concours des sympathisants et anciens de l’AEEMCI, particulièrement celui du Parrain de ce XVIIIème congrès, à l’effet de soutenir cette  démarche, pour le bonheur de la jeunesse ivoirienne ; engageons les ‘’Aeemcistes’’ a toujours demeuré des modèles, pour donner force à cette sollicitation » a lu Bintou Fall.

Le congrès, c’est aussi le bilan du mandat de l’Amir sortant Koné Mamadou. Un bilan marqué par plusieurs actions dont l’organisation en 2016 des festivités des quarante ans de l’AEEMCI, l’acquisition de plusieurs matériels. Toutefois des défis restent à relever. « Ensemble nous avons avec détermination et persévérance,  posé des pas, encore  d’autres pas; nous avons tenu gagné chaque pas. Nous avons mis un point d’honneur à essayer d’exercer un rôle rassembleur afin de consolider les acquis des 40 ans d’existence de notre association ».

Plusieurs cadres musulmans ont pris une part active à ce 18è congrès dont les ministres El Hadj Abdallah Albert Mabri Toikeusse et Sidiki Konaté. Ils ont tous promis de faire le plaidoyer pour la reconnaissance du statut d’utilité publique de cette structure de jeunesse musulmane.

Le nouvel Amir se nomme Soungalo Coulibaly, étudiant doctorant en Sciences et Techniques de l’Eau à l’université Nangui Abrogoua.

Né en 1982, Soungalo Coulibaly a entamé son cursus scolaire à Korhogo. En 2002, il débarque à Abidjan pour poursuivre ses études au lycée ISPM Adjamé où il obtient avec brio le baccalauréat série scientifique. Bien avant cela, il côtoie pour la première fois l’AEEMCI à Jacqueville en 1998 par le biais de sa sœur aînée. Une histoire qui dure jusqu’aujourd’hui. « Dès le retour du séminaire de Jacqueville, je me suis rendu compte que l’AEEMCI avait changé ma vie. Et depuis lors je me suis engagé pour toujours » se souvient-il.

Après le poste de secrétaire chargé de la Formation et de la culture, il est désigné pour deux ans à la tête de l’AEEMCI. Une nomination qu’il prend avec beaucoup de modestie. « Des sentiments de reconnaissance envers ce 18ème congrès qui a placé sa confiance en ma personne pour conduire la destinée de cette belle structure. Je sais compter sur le concours de tous pour mener à bien ce mandat » a-t-il dit.

Pour Soungalo Coulibaly, le principal défi à relever est celui de la reconnaissance du statut d’association d’utilité publique. « cela fait 40 ans que l’AEEMCI milite dans les lycées et universités de Côte d’Ivoire. Et elle a contribué à apaiser le climat scolaire et estudiantin. Elle n’a jamais été menée à une quelconque violence. En plus, elle a participé à la formation de plusieurs cadres ivoiriens qui occupent des postes de responsabilité de notre pays » a-t-il ajouté.

Le nouvel Amir est marié et père d’un enfant.

Kanaté K.