1

[Chronique] Le musulman peut-il faire la politique ?

Si la  politique est définie comme la science de la gestion des affaires de la cité, alors le musulman ne peut pas ne pas  faire de la politique. La question sinon la problématique qui reste à être élucidée, est celle de comment le musulman doit-il faire la politique ? Avec qui ? Et dans quel contexte ? Quel doit être son projet de société ? Quel doit être sa vision ? Quelle mission doit-il porter ? Comment doit-il se comporter, et traiter avec les autres, en matière politique ? En d’autres termes, en Côte d’Ivoire en particulier comment le musulman doit-il faire la politique ?

Pour répondre à cette complexe question, nous allons d’abord dresser les qualités ou les compétences requises pour faire la politique qu’on soit musulman ou non ! Compétence technique : Aujourd’hui dans notre pays tout le monde se prend pour un politicien. Tout le monde veut en faire. Or la politique est une science. Il faut l’apprendre avant de pouvoir la pratiquer sur le terrain. Un politicien doit maitriser de prime abord, la constitution et les lois du pays(les textes et les contextes), les us et  les coutumes du pays profond, le mécanisme d’interactions entre son pays et ses voisins, et entre son pays et le reste du monde. Il doit être capable de bâtir un projet de société qui respecte la sociologie de son pays tout en ignorant pas les réalités du monde dans lequel il vit.

Au-delà de ses compétences techniques, le politicien doit être un homme ou une femme doté de qualités humaines et morales indéniables pour faire de lui un homme politique achevé, c’est-à-dire un Homme d’Etat. Pour se faire les qualités suivantes sont indispensables.

  1. le Respect de l’autre

L’adversaire politique n’est pas un ennemi à battre. Ce n’est pas le diable en face. Il faut le respecter quelques soient les divergences, car vous avez les mêmes droits et devoirs envers le pays.

  1. La Tolérance

Il faut être tolérant. Il ne faut jamais croire que l’on a la science infuse. Il ne faut jamais chercher à avoir raison sur tout, sur toute la ligne et tout le temps.

  1. Il faut être honnête

Il ne faut pas chercher systématiquement à travestir la réalité, la vérité, de l’autre. Et il faut être honnête avec soi-même. Il faut reconnaitre ses propres faiblesses et ses échecs. L’autre n’est pas forcement la cause de vos échecs. Faire chaque  fois une introspection. Votre honnêteté emmène l’adversaire à vous écouter et à mieux vous comprendre. L’honnêteté vous éloigne de l’esprit de revanche, donc de l’échec. Et puis l’échec n’est jamais la fin du monde.

  1. Il faut être modéré

En politique il faut être modéré, et chercher toujours le compromis dynamique. En politique la surenchère emmène très souvent à la violence. Et la violence aussi bien sur vos adversaires que sur vos partisans. Alors pourquoi mettre en difficulté vos propres partisans.

  1. Il faut être sage

Vous pouvez reste aussi longtemps que possible au pouvoir, mais jamais éternellement. Surtout il faut toujours envisager la possibilité sinon la certitude que vos adversaires politique seront un jour ou l’autre au pouvoir avec vos parents et amis à portée. Donc il faut être sage et savoir raison gardée.

  1. Il faut être visionnaire

Etre visionnaire, c’est réfléchir, et travailler au-delà des intérêts particuliers  et partisans de vos amis politiques seulement. Il faut travailler pour l’intérêt général, et pour la durée.

  1. Il faut se sentir investi d’une mission

 Une mission presque divine au sens noble du terme. Là où on est prêt à faire le sacrifice suprême pour le bonheur de tous ses concitoyens sans exception, sans distinction aucune. Par ce que simplement on n’attend pas que les retombées politiques sur terre, mais on attend aussi des retombées dans l’au-delà, chez Dieu ou ailleurs selon nos croyances.

  1. Le sens de la continuité et de la non indispensabilité

Le politicien, le vrai, c’est-à-dire celui qui a une carrure d’Homme d’Etat se prépare en même temps que son entourage à sa propre mort physique. Il doit être hautement conscient qu’il disparaitra un jour ou l’autre. Il prépare son entourage familial et politique à cette évidence. Et cette disposition d’Esprit l’emmené à ne pas faire n’importe quoi, n’importe comment, et n’importe quand.

  1. Rendre compte et la notion de responsabilité

Rendre compte, avoir un état d’esprit de rendre compte tôt ou tard, ici ou ailleurs, doit être une obsession quotidienne chez l’Homme politique. C’est aussi se sentir responsable de tous les actes posés par ses propres collaborateurs ou tous ceux qu’il nomme à des postes de responsabilité.

  1. La notion de l’impossible achèvement total

Tout homme politique doit se fixer des objectifs réalisables. Une fois atteint totalement ou partiellement ses objectifs il doit s’arrêter afin que d’autre puissent l’améliorer ou  la reformer. Car l’Etat est une continuité. Avec un tel esprit l’homme politique ne souhaite par la chienlit après son départ. Bien au contraire.

  1. L’Esprit d’Equipe

Conscient de sa mortalité et de sa non infaillibilité, l’Homme politique, le vrai travaille toujours en équipe avec des gens qu’il écoute, et dont il respecte les avis à chaque situation. Il ne se constitue pas  une équipe uniquement de suiveurs ou de loyalistes. Car dans les moments cruciaux les suiveurs ne sont pas utiles.

  1. Le Destin

L’homme politique doit inscrire dans son action la notion de Destin. Cela s’oppose au concept de “On gagne ou on gagne’’. Il faut accepter de perdre pour pouvoir gagner plus tard. En voulant forcer le Destin, on peut se retrouver ailleurs.

En un mot comme en cent, le Musulman peut et doit faire la politique mais par à n’importe quel prix.

Fatim Djamila

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *