Création d’un « Comité de soutien pour la libération de Tariq Ramadan » (COMSOL-Ramadan) à Abidjan

Depuis le 02 février 2018, le Pr. Tariq Ramadan est écroué dans une prison en France suite à des plaintes de viol portées contre lui par des femmes.
Cette incarcération a été ordonnée par un Juge d’Instruction alors que le Pr. Tariq Ramadan répondait pour la première fois à la convocation qui lui avait été adressée par ledit Juge.
Les organisations de jeunesse musulmanes en Côte d’Ivoire regroupées au sein de la Plate-forme de la jeunesse musulmane en Côte d’Ivoire, (PFJM-CI), constate, à ce stade de la procédure et au regard des informations en sa possession :
1- que l’accusation est fondée sur l’absence de preuve matérielle, voire de faisceau de preuves jusqu’à ce jour ;
2- que la mesure de la privation de liberté appliquée au Professeur Ramadan assortie d’un isolement est extrêmement sévère en comparaison avec des procédures similaires dans des circonstances de faits quasi identiques, c’est-à-dire, un dossier d’accusation fondé sur le simple témoignage des présumées victimes ;
3- qu’en dépit de son état de santé qui se détériore, le Professeur Ramadan a été jugé apte à subir une incarcération dans des conditions qui pourraient avoir des conséquences graves, voire irréversibles au plan physique et moral ;
4- que les médias ont un traitement déséquilibré de cette affaire et laissent apparaitre un parti pris flagrant pour la partie accusatrice. Lesdits médias qui accordent très peu d’écho aux voix discordantes qui sont en faveur de Tariq Ramadan, se sont, pour certaines érigées en tribune pour organiser un lynchage médiatique du Pr. Tariq Ramadan ; ce qui est totalement contraire à leur éthique et leur déontologie, donc inacceptable par voie de conséquence ;
5- que le monde intellectuel francophone et principalement français, qui d’habitude est si prompt à prendre position, s’est mué dans un silence assourdissant et incompréhensible face à l’épreuve de ce brillant savant qui est un des leurs ;

De ce qui précède, la PFJM-CI constate, qu’alors que l’instruction suit son cours en principe dans le secret, des prises de positions tranchées qui vont dans le sens de la culpabilité du Professeur Ramadan sont relayées à travers divers canaux. Dès lors, elle est fondée à se poser des questions :
– Au regard de la collusion avérée entre les accusatrices et des personnes notoirement connues comme adversaires, voir ennemies déclarées du Professeur Tariq Ramadan, celui-ci ne serait-t-il pas victime d’un complot ourdi par ceux-ci ?
– Vu la disproportion dans le traitement médiatique de cette affaire à travers le large temps d’antenne accordé à certains hommes politiques notamment qui ne se privent pas de dénigrer le Professeur Ramadan, celui-ci serait-il pas la cible d’une cabale politico médiatique qui chercherait à se draper du sceau de la légalité et qui n’a pour seul but que de l’effacer du paysage médiatique français et faire disparaitre par voie de conséquence son influence ?

En conséquence de ce qui précède, la Plateforme de la jeunesse Musulmane en Côte d’ivoire :
– estime que jusqu’à démonstration du contraire le Professeur Tariq Ramadan doit intégralement bénéficier de la présomption d’innocence ;
– Fait part de sa vive préoccupation sur l’état de santé du Professeur Tariq Ramadan et exhorte les autorités compétentes à faire en sorte qu’il bénéficie des soins adaptés pour la préservation de son intégrité physique et moral ;
– Réaffirme sa reconnaissance au Professeur Tariq Ramadan qui demeure à ses yeux, un honnête et intègre intellectuel dont l’engagement pour une société française et européenne plus inclusive en particulier, à l’égard de la civilisation islamo-musulmane est à saluer ;
– Appelle tous les acteurs à veiller à ce que le Pr. Tariq Ramadan, à l’instar de tout accusé, puisse bénéficier des principes d’impartialité et d’équité qui ont fait la notoriété de la Justice française dans le monde ;
– invite aussi les musulmans du monde entier (la Oumma) au recueillement et à la prière pour le Pr. Tariq Ramadan afin qu’ALLAH le très haut lui donne force et l’abnégation nécessaire pour surmonter cette épreuve.
– exhorte la Oumma à se mobiliser et à agir activement et pacifiquement pour la libération prochaine du Pr. Tariq Ramadan en attendant la fin de l’enquête et la tenue éventuelle du procès et à cet effet, informe l’opinion publique nationale et internationale qu’un « Comité de soutien pour la libération de Tariq Ramadan » (COMSOL-Ramadan) est mis en place ce jour ;
– demande aux militants de la PFJM-CI et à tous les musulmans en Côte d’Ivoire à se tenir prêts pour participer activement aux actions du COMSOL-Ramadan.

Fait à Abidjan, le 14 avril 2018

Facebook Comments

Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close